Eric est dyscalculique

L'histoire d'un enfant dyscalculique dont la plus grande qualité est l'honnêteté.

Région : Occitanie
Métier qu'il rêve d'exercer quand il sera grand : journaliste
Particularité : atteint du trouble sévère dans les apprentissages numériques

La dyscalculie expliquée aux enfants

Qu'est-ce que la dyscalculie ?

La notion de dyscalculie développementale présente en l’état actuel des connaissances une incertitude théorique. Selon les approches neuro-psychologique, psycho-cognitive ou développementale, elle peut se définir comme un trouble spécifique du calcul ou plus largement de l’arithmétique ou des mathématiques.

Cependant, comme la dyslexie, on peut la définir par exclusion : elle ne résulte ni d’un retard mental, ni d’un enseignement inapproprié, ni d’un déficit sensoriel.

 

Elle est souvent associée à la dyslexie (60%), à des troubles de l’attention (25%) ou des troubles visuo-spatiaux.

Ce trouble touche environ 1.5% des enfants.

Adaptation

On peut considérer la dyscalculie comme :

  • un trouble primaire, résultant d’un dysfonctionnement cortical par perte de matières grises dans les sillons intra-pariétaux dédiés aux traitements numériques, aux gnosies digitales (reconnaissance à l’aveugle de ses doigts), à la différenciation gauche-droite et à l’écriture ;

  • un trouble secondaire s’inscrivant dans un trouble plus général des fonctions cognitives ;​

  • un trouble général du développement des fonctions logico-mathématiques dans lequel la construction du nombre est corrélative du développement de la logique (en référence à la théorie piagétienne).

Des suggestions pédagogiques à l’intention des enseignants peuvent être trouvées dans le document suivant : Suggestions pédagogiques pour la dyscalculie

Eric est dyscalculique